Publié le

La production du vin dégusté par les touristes dans le riad à Marrakech

riad alksar Marrakech

Approximativement 90% de la population Marocaine est musulmane. Selon la loi musulmane, il est interdit aux croyants de consommer de l’alcool. L’on pourrait par conséquent penser que le Maroc n’est en rien concerné par la production d’alcool, ce qui n’est pas le cas. Le Maroc produit environs 35 millions de bouteilles d’alcool par an, dont 30 millions sont consommées directement sur place. D’ailleurs les touristes consomment du vin dans le riad à Marrakech.

Preuves de l’existence des vignobles au Maroc durant l’antiquité

La viticulture et la plantation des vignobles au Maroc, date de l’époque des phéniciens et des colons romains. Durant l’antiquité, le principal lieu de plantation de vignobles était non loin de Volubilis. Le Maroc est aussi un des hauts lieux historiques de plantation des vignes sauvages que l’on trouvait déjà non loin du riad Al Ksar à Marrakech https://www.alksar.com/. C’est vers le 6ème siècle avant Jésus Christ que les premiers vins furent produits, durant l’installation des points de commerce des grecs et des phéniciens. Toutefois c’est seulement durant la période de colonisation des romains que la viticulture s’est développée, c’est ainsi que les vins venant de Mauritanie ont été présentés sur les tables patriciennes.

De nos jours, cette région correspond à la partie septentrionale du Royaume du Maroc, elle partait de Salé au nord, jusqu’à Volubilis au sud, à l’est jusqu’à l’Oued Laou. Les grandes villes de la province étaient Tingis qui est devenue Tanger, Volubilis, Tamuda qui est devenue Tétouan, Lixus qui est devenue Larache et Volubilis. La reconquête du pays par les musulmans n’a pas fait s’arrêter la culture du vin dans la région nord-africaine, les musulmans avaient une préférence pour le raisin de table. Les berbères d’origine Marocaine qui résidaient non loin des riads à Marrakech et qui étaient islamisés ont apporté leurs propres cépages lorsqu’ils sont arrivés dans la région. L’un de ces cépages est toujours cultivé en Andalousie, il est connu sous le nom de Faranat blanc de Tunis. Le même cépage existe aussi en Espagne et porte le nom de Majorquin. Dans la région al-Andalous, plusieurs experts en agronomie musulmans ont décrit la culture des vignes, les cépages andalous ainsi que la façon dont ils sont cultivés. Le vignoble n’a cessé de donner du vin appelé hamriyya et du vin de palme appelé nabid à base de raisins secs. Aujourd’hui au Maroc on retrouve des vins rouges, blancs, rosés et gris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*